Hier soir, 7 heures pm, le garde de nuit de l'école me montre ses mains saignantes.

-ça va?

-Oui, ça va.

Comme de fait, l'autre homme décide de me montrer aussi les siennes : rien d'alarmant, il se ronge les ongles.

Pourquoi il saigne comme ça alors l'autre? Aaah, d'accord, il soulève un gros morceau de plastique, sans gants pour se protéger (Bienvenue au Maroc).

Or, rien ne peut me décourager pour l'instant ; j'aime mon travail. 

Aujourd'hui, c'était notre rentrée scolaire. Ca sentait la sueur, le stress et, la peinture fraicher. Bonheur quand j'ai entendu les rires des enfants.

N'empêche, ces deux hommes ils ont travaillé toute la nuit, hier, afin que les classes soient prêtes... était-ce prêt? 

-Tu veux un plaster?

- Non, ça va.

-Bonne chance alors!

Etait-ce prêt?

C'est un autre sujet de conversation. Je ne me plaindrai pas cette année; je ferai des commentaires en papier de construction et je verrai ce qui s'envolera au vent.

Et pour le reste, on verra.